Quelle est la différence entre une guêpe et une abeille ?

Une guêpe et une abeille

Ces dernières années, l’abeille est devenue l’un des symboles de la nécessité d’une transition écologique. Elles sont essentielles dans presque tous les écosystèmes de la Terre et leur disparition serait catastrophique. De leur côté, les guêpes sont souvent moins bien considérées et souvent classées parmi les nuisibles. Pourtant, ce n’est pas tout à fait vrai. Les deux insectes se ressemblent plus qu’on ne pourrait le croire, même s’il existe quelques différences que nous allons éclaircir.

Insectes hyménoptères : la classification des guêpes et des abeilles

Les guêpes et les abeilles ont des différences physiques évidentes. L’abeille est plus trapue et duveteuse alors que la guêpe ne présente aucun poil et un physique beaucoup plus élancé. Elle a également des couleurs noires et jaunes beaucoup plus marquées alors que l’abeille tire parfois sur le blanc et le marron.

Néanmoins, les deux insectes font partie de la même famille, les hyménoptères. Cette famille est cependant assez large puisqu’elle comprend également les fourmis et les frelons. De plus, les abeilles bénéficient de leur propre sous-famille : les apidés. C’est pour cela que l’élevage d’abeilles s’appelle l’apiculture.

Les différentes utilités des abeilles et des guêpes

L’abeille est essentielle dans le fonctionnement des écosystèmes. Comme elle se nourrit du nectar des fleurs, l’abeille va passer de fleur en fleur pour le récolter. Ce faisant, elle se couvre de pollen. Celui-ci reste bien coincé sur elle grâce à ses minuscules poils. Ainsi, quand elle passe dans une autre fleur, elle y dépose du pollen. Quand elle passe d’une fleur mâle produisant du pollen à une fleur femelle, elle permet aux plantes de se reproduire, en produisant un fruit bien souvent.

De son côté, la guêpe n’est pas un insecte pollinisateur. Elle est donc souvent assez mal considérée. C’est surtout parce qu’elle se nourrit de sucre et n’hésite pas à aller nous embêter pendant nos repas pour en trouver. Pourtant, la guêpe se nourrit aussi d’insecte et en tue pour nourrir ses larves. Elle est donc une régulatrice essentielle dans beaucoup d’écosystèmes et nous aurions tort de ne pas la considérer avec plus d’estime.

Les habitats de la guêpe et de l’abeille

Les abeilles et les guêpes ne vivent pas non plus dans le même genre d’habitat. Tout comme le frelon, la guêpe fabrique des nids cartonnés qui pendent aux branches des arbres. Pour y parvenir, elle mastique des fibres de bois qu’elle vomit. Une fois séchée, cela donne un matériau solide, mais peu résistant.

L’abeille, de son côté, va plutôt s’installer dans les creux des arbres ou dans des endroits déjà fermés. Elle y construit alors son nid, grâce à un liquide qui provient de la digestion du nectar. Cela lui permet de créer des structures particulières où protéger ses larves et entreposer le miel. Leurs nids sont souvent plus difficiles d’accès et mieux protégés. Voilà pourquoi les apiculteurs fabriquent des ruches en bois. Cela facilite la récolte du miel.

L’organisation sociale des guêpes et des abeilles

Les hyménoptères sont un groupe d’insecte qui se caractérise par une organisation sociale bien particulière et parfois très complexe. Dans le genre, les fourmis sont bien connues pour former de véritables sociétés. Les abeilles ont un fonctionnement à peu près semblable avec une reine pondeuse entourée d’abeilles ouvrières qui construisent le nid, s’occupent des larves et protègent la ruche. À cela s’ajoutent les faux-bourdons qui s’accouplent avec les nouvelles reines et meurent ensuite.

Les guêpes, de leur côté, ont une organisation à peu près similaire. Une reine fécondée à maturité quitte son nid d’origine pour créer le sien. Elle s’occupe ensuite de pondre 1 000 à 3 000 œufs au printemps pour que de nouvelles guêpes s’envolent à l’été. La reine est la seule ensuite à survivre à l’hiver en hibernant. Elle est évidemment entourée de guêpes ouvrières qui protègent le nid et l’organisent.

Quelle est la différence entre une piqûre de guêpe et une piqûre d’abeille ?

La piqûre d’une abeille et la piqûre d’une guêpe sont à peu près identiques. Elles sont toutes les deux assez douloureuses pendant un court instant. La zone devient ensuite rouge et gonflée. Dans les deux cas, c’est une piqûre bénigne, sauf si elle est localisée près des voies respiratoires. En cas d’allergie aux piqûres d’abeilles, il faut également consulter immédiatement un médecin.

La seule différence notable entre ces deux piqûres, c’est que l’abeille perd son dard quand elle pique et en meurt. La guêpe, elle, continue sa route sans problème. Une piqûre d’abeille se distingue généralement facilement, car le dard reste dans la peau. Pas de panique pour autant, il est facile à enlever et le bout de l’abdomen de l’insecte l’empêche de s’enfoncer profondément.

Pourquoi les abeilles sont-elles si appréciées ?

Faire la liste des différences entre la guêpe et l’abeille invite à s’interroger sur l’étonnante réputation des abeilles par rapport aux guêpes. D’autant plus que les abeilles ne sont pas les insectes pollinisateurs les plus nombreux ou les plus importants.

En réalité, la popularité des abeilles tient énormément à leur rôle économique. Le miel est un marché important qui a valu à cette espèce de devenir la représentante des insectes pollinisateurs. Il ne faut pas pour autant se laisser avoir : si nous sauvons les abeilles, mais continuons à tuer les autres insectes qui pollinisent, l’écosystème ne survivra pas.

Enfin, les apiculteurs industriels essayent de nous convaincre qu’ils aident les abeilles à survivre, ce n’est pas le cas. Il est même devenu automatique de tuer une reine qui hiberne pour en importer une plus jeune, car elle pondra moins d’œufs la deuxième année et la ruche sera donc moins productive. L’apiculture industrielle participe donc davantage à réduire le nombre d’abeilles dans le monde.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*